• La mue est une étape normale chez un oiseau en bonne santé.

    La mue correspond au remplacement périodique d’une plume morte par une nouvelle plume neuve. L’ancienne plume, dévitalisée, est poussée par la nouvelle qui a débuté sa croissance au fond du même follicule.

    La mue est une période fatigante et éprouvante pour l’oiseau. Il est donc important que l’oiseau soit en bonne santé.

    Pendant la mue, il convient de porter un intérêt particulier à la nourriture qui doit être, plus que jamais, saine, riche et adaptée aux besoins de l’espèce. L’apport de fruits et légumes frais, crus ou légèrement cuits est indispensable. Si l’oiseau consomme des graines, surveillez  la bonne fraîcheur de votre mélange de graines.

    Veiller aussi à l’équilibre en calcium et des acides aminés (par exemple la Méthionine). La Méthionine est présente dans l’huile de Germe de blé, les graines de tournesol, le soja, les lentilles,  les fèves. Présente également dans d’autres aliments tels que l’avocat, mais qu’il est interdit, évidemment, de donner à un perroquet. La méthionine contribue à la santé de la peau, des plumes et des ongles. On trouve de la Méthionine dans la composition de plusieurs marques de croquettes pour oiseaux et perroquets.

    Pendant la mue, compte tenu de la chute des plumes, il y a déperdition de chaleur pour l’oiseau qui doit puiser dans ses réserves énergétique pour maintenir sa température corporelle.

    Il est indispensable de bien observer son oiseau pendant la période de mue, car c’est une période où il sera plus sensible aux risques de maladies.

    Attention de ne pas exposer votre oiseau aux courants d’air durant cette période.

    « La mue s’effectue selon un canevas bien précis, au déterminisme encore imparfaitement perçu, variable selon les espèces, sous contrôle endocrinien.

    Différents facteurs interviennent dans le déroulement des mues :

    -        L’âge, le sexe, l’éclairement, l’environnement, l’humidité, la température ambiante, le régime alimentaire, le psychisme… »[1]

    Une mue anormalement longue, ou incomplète, est signe d’une déficience ou d’un dérèglement pathologique.

     

    Les différentes mues dans la vie de l'oiseau :

    La toute première mue est celle qui consiste au remplacement du duvet de naissance par le plumage juvénile.

    Puis le plumage juvénile est remplacé par les premières vraies plumes, de contour.

    Ensuite, une troisième mue installe le plumage adulte de l’oiseau.

    Selon la taille de l’oiseau, le plumage est renouvelé complétement sur une période de un an pour les oiseaux de petite et moyenne taille, et sur deux années pour les grands perroquets.

     

    Précautions à prendre pendant la mue :

          La mue est une période normale dans la vie de l’oiseau, mais attention, si la mue est permanente ou très longue, il convient de surveiller les points suivants :

              - La nourriture quotidienne de l’oiseau est-elle adaptée à l’espèce, saine et variée ?

              - Vérifier l’éventuelle présence de parasites

    -         - L’humidité ambiante est-elle suffisante ? Le plumage de l’oiseau est-il humidifié assez souvent ?(Douches, vaporisations, bains).

    -         - N’y a-t-il pas de carences en vitamines, minéraux ou  acides aminés ?

    -         - L’oiseau est-il en bonne santé ?

     

    La mue est donc une période normale et indispensable dans la vie d’un oiseau.

    Cependant, il convient de consulter un vétérinaire si :

    -        - La mue est très longue (plus de 6 à 8 semaines),

    -        - L’oiseau semble très fatigué, un peu amorphe,

    -        - L’oiseau se gratte beaucoup et très souvent,

       - Les plumes ne repoussent pas, et que l’on constate des régions dénudées sur le plumage.

     

    Source : AEDP


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique